Aujourd’hui, j’ai envie de te partager mes erreurs business, car en 3 ans d’entrepreneuriat j’en ai fait un paquet… crois-moi ! 

Dans cet article, je vais t’en partager deux pour te montrer que tout n’est pas toujours rose contrairement à ce qui est affiché sur les réseaux sociaux. 

L’objectif ? Que tu puisses éviter de faire ces erreurs à ton tour. C’est parti !

📌 Erreur business n° 1 : Ne pas assez cadrer les projets et ne pas réussir à s’imposer en tant qu’experte auprès de ses clients

Analyse de l’erreur

Au début de mon activité de designer-graphiste, je me positionnais comme “petites mains” ou « exécutante », en disant oui à tout pour faire plaisir. Aujourd’hui je ne souhaite plus du tout fonctionner de cette manière et je vais t’expliquer pourquoi.

Pour commencer, je pense qu’il faut donner un cadre au projet pour que le client soit rassuré et engagé. Par exemple, les délais ne concernent pas uniquement le prestataire, mais aussi le client, notamment s’il s’engage à te fournir des informations importantes pour mener à bien tes missions. 

Cela est aussi valable pour les prestations indiquées sur le devis, c’est-à-dire qu’il faut bien être claire dès le début sur ce que tu fais ou non pour ton client. Cela évite les erreurs de communication, la frustration ou encore les allers-retours qui te prennent ton temps et ton énergie.

Exemple concret de cette erreur business

Dans mon cas, cette erreur business m’est arrivée pour la création d’un site web ! Je me suis beaucoup écrasée dans la relation commerciale.

Pour être plus précise, la cliente voulait un site web vitrine assez classique, tout en ayant une idée claire sur ce qu’elle voulait. On signe le devis et en début de projet elle m’envoie plusieurs maquettes qu’elle avait elle-même réalisées. Cela a posé quelques problèmes sur deux points :

  • La créativité : au final je devais juste reproduire la maquette, alors que la créativité et les propositions graphiques sont mon point fort ;
  • La technique : comme elle ne savait pas comment faire un site, il y avait des éléments sur sa maquette qui n’étaient pas réalisables techniquement.

Ma première erreur a été de ne rien dire sur ces points-là. Ma deuxième a été de ne pas lui demander ce dont j’avais besoin en amont : ses textes et images définitifs.

Une fois les nouvelles maquettes retravaillées et validées, je fais l’intégration sur le site et à partir de là il y a une multitude d’allers-retours : modifications de texte, de photos, fonctionnalités supplémentaires non comprises dans le devis, etc.

À ce moment-là, je me sens frustrée, car j’ai passé beaucoup plus de temps que prévu sur le projet. Et je me retrouve à faire des choses qui n’étaient pas facturées, comme le développement d’une partie réservation et une partie e-commerce.

 

Ce que j’en ai retiré

Grâce à cette expérience, j’ai compris qu’il fallait prendre plus le temps d’identifier les besoins du client et cela avant même de réaliser le devis pour que ce dernier soit le plus clair possible. 

Il est important aussi d’expliquer au client que l’on reste ouverte à des demandes supplémentaires tant que le devis est réévalué en conséquence. 

Par exemple, si un client me demande un site internet et qu’il n’a pas encore d’identité visuelle, il va falloir d’abord travailler celle-ci dans le cadre d’une première prestation.

Je dirais également qu’il faut expliquer le processus au client dès le début, même par écrit s’il le faut. 

Et pour finir, cela ne concerne que moi, mais j’ai récemment posté sur Instagram mon code d’honneur qui me permet d’affirmer publiquement la manière dont je souhaite dorénavant collaborer avec mes clients. 

📌 Erreur business n° 2 : S’associer avec la mauvaise personne

C’est ce qui m’est arrivé en 2021 pour un projet que j’ai souhaité reprendre qui consistait en un mastermind entre entrepreneures avancées.

L’objectif était d’avoir un groupe de soutien pour parler de nos problématiques business en visio. Je souhaitais l’animer avec une autre personne pour ne pas faire cette aventure seule. Je rencontre ma future ex-associée sur Instagram avec qui le feeling passe tout de suite.

Toutes les places ont été vendues et le début du projet est très prometteur ! On comprend très vite qu’on peut en faire quelque chose de plus grand. On crée alors une structure toutes les deux en s’associant.

 

Pourquoi c’était une erreur BUSINESS ?

Je voyais ce projet comme un “side project” et très vite je m’aperçois qu’on n’a pas du tout la même manière de fonctionner : organisation du temps de travail, gestion financière, gestion des priorités.

Je n’ai pas réussi à affirmer mes choix, mes peurs et mes envies. J’ai voulu faire plaisir comme souvent. Lorsque je me suis retirée de l’aventure, cela a été compliqué humainement et financièrement, mais je me suis tout de suite sentie soulagée.

 

Ce que j’ai retiré de ce fail business

J’ai personnellement réalisé que j’étais capable de faire les choses toute seule et que je dois me faire davantage confiance. J’ai travaillé sur moi et sur mon “pourquoi” c’est-à-dire ma mission de vie. Ce qui en ressort c’est que j’ai besoin de faire mes propres choix pour être libre !

Aussi, j’ai compris qu’on ne peut pas bien connaître une personne en seulement 2 mois… et encore moins dans l’objectif de s’associer pour créer une entreprise. Je te conseille de prendre le temps, de laisser mûrir les choses avant de créer une structure avec quelqu’un qui va t’engager notamment sur l’aspect financier.

S’associer c’est avant tout un match sur le plan humain, sur le plan professionnel, mais aussi sur la vision, la direction et les objectifs. Si rien n’est raccord, ça devient un vrai problème sur le long terme.

Voilà, j’ai encore mille fails business à partager, comme le mauvais choix d’une personne pour me faire coacher ou encore la rencontre d’une cliente toxique ! J’en parlerai sûrement dans un autre épisode… ça te dirait ? Dis-le-moi en commentaire 😉