Je suis graphiste et webdesigner autodidacte. Ok, j’ai fait des études en communication et en événementiel mais finalement, ce que je fais au quotidien, je l’ai appris seule au fur et à mesure. La vie de freelance est faite de montagnes russes. Certains jours, je me réveille en me disant que ma vie est géniale, j’ai des super clientes qui me confient des projets tout aussi géniaux et qui me font confiance. Et puis certains jours, je me demande pourquoi je fais ça, et si je suis pas trop mauvaise pour certains projets. Si je vais vraiment réussir, et puis « j’ai si peu d’expérience ». Si j’ai bien compris une chose au fil des mois en indépendante, c’est que le doute a très peu sa place si on veut avancer ! J’ai décidé de prendre les choses en main et de sortir de ma zone de confort, pour booster ma confiance en moi.

Comprendre le syndrome de l’imposteur

🧐

Tu souffres du syndrome de l’imposteur si : 

  • Tu as l’impression de tromper les gens sur tes réelles capacités
  • Tu as peur qu’on finisse par s’en rendre compte
  • Quand tu réussi, tu trouves toujours une excuse pour ne pas t’attribuer ce mérite.

Rassure toi, dans le domaine de l’entrepreunariat et au vu de la multitude de nouveaux métiers grâce au développement du web et des réseaux sociaux, nous sommes beaucoup à souffrir de ce fameux syndrome. 

Pour ma part, il arrive souvent lorsque j’ai peu de projets pro ou alors lorsqu’un gros projet pro se présente. Dans ces moments là, je réfléchis à tout ce que j’ai déjà accompli, à toutes mes premières fois et ces choses que je n’aurais jamais cru pouvoir faire. J’en parle aussi à des personnes qui peuvent me comprendre, et qui me connaissent. En général c’est assez boostant 😉 Et puis je me dis « Si j’échoue, et après ? » L’échec fait partie de la vie et c’est souvent d’un échec qu’on rebondit et qu’on se créé un succès !

🎤 Julie en parle très bien dans cet épisode de son podcast « Être soi »

Mon projet 90 jours

🗓

Tout a commencé lorsque j’ai lu « J’ose créer : 35 défis pour booster sa pratique créative » de Marie Boudon.

Marie nous guide au travers de 35 défis à la difficulté croissante, en 6 parties : s’accepter, se préparer, s’inspirer, s’exercer, s’exprimer et se dépasser. Chaque défi est détaillé, propose des ressources. Le livre est agrémenté de témoignages d’artistes français et étranger, ce qui permet aussi d’élargir ses horizons créatives. Après cette lecture, j’ai eu envie de me challenger. Je n’ai pas encore mis en pratique tous les défis, mais j’ai déjà défini mes priorités et me suis bloquée un temps chaque jour dédié 100% à la création graphique. 

Et puis j’ai entendu parler de la règle des 90/90/1 de Robin Sharma.

« Pendant 90 minutes, durant les 90 prochains jours vous allez faire la seule chose, la plus grande des opportunités, pour faire la différence dans votre domaine. »

Je me suis dis que c’était un bon cadre de départ pour me pousser à développer ma confiance et ma créativité.

Pour me donner une trame, j’ai décidé de réaliser le « Daily logo challenge » : chaque jour, pendant 50 jours, je reçois un brief créatif et doit créer un logo de toute pièces. C’est hyper enrichissant. Pour l’instant, je créé assez vite, je ne me met pas de pressions à réfléchir à des concepts créatifs, je cherche juste à faire un assemblage de jolies choses, selon mon inspiration. 

À l’issue des 50 jours, (on n’y est pas encore et en plus bébé sera arrivé normalement !) je pense m’orienter sur un challenge plus rédactionnel. Je n’ai pas encore très bien défini lequel mais je sais que ça va germer 😉

Il y a pas mal de moyens de sortir de sa zone de confort. Tu peux déjà penser à tout ce qui te fait peur mais que tu rêverais de faire un jour. Tu fais une liste et tu te challenges en t’imposant de réaliser une action à intervalle régulier.

Ne pas abandonner & oser se confronter au regard des autres

👓

La meilleure façon de se tenir à quelque chose, c’est d’en parler autour de soi ! En prenant un engagement auprès de ta communauté sur instagram par exemple ou sur un groupe facebook, ou même seulement auprès de tes amis/famille, tu auras moins envie de laisser tomber à la première difficulté. 

Et puis, pour renforcer sa confiance en soi, il faut accepter la critique. C’est là qu’il faut sauter le pas et montrer ce que tu créés. Plus facile à dire qu’à faire, selon son niveau de confiance en soi, mais on a bien dit que le but ultime était de sortir de sa zone de confort.

Finalement, à chaque fois que je suis sortie de ma zone de confort en contactant des personnes que j’aime suivre sur instagram, en proposant mes services, en offrant quelque chose ou même juste en posant des questions, j’en ai tiré que du bénéfice ! 

Bien sûr, je suis toujours à la recherche de tip’s pour continuer de grandir dans ce monde de l’entrepreunariat qui peut être aussi boostant que complexant. Je sais qu’il y a de la place pour tout le monde, et j’ai décidé d’être plus authentique et transparente, parce que je suis persuadée qu’avant d’acheter un service, on achète d’abord une relation et une personne (bizarre cette phrase non ?)